24 heures chrono chez Initiale

« Et toi sinon, tu fais quoi dans la vie ?
- Je suis attachée de presse.
- Et tu bosses pour quel journal ? »

Raté.

Nous ne comptons plus les fois où nous avons expliqué notre quotidien chez Initiale. "Trait d’union entre la presse et les entreprises à impact" ; "Dévoreuses de presse et ferventes défenseuses de nos clients" ; "Influence positive"

Ce billet de blog s’adresse à toi, cher interlocuteur d’un jour, croisé en covoiturage ou dans un train, un bar ou chez des amis d’amis. On s’est évertué à t’expliquer, avec passion, notre quotidien professionnel. La crise du Covid nous empêche de poursuivre cette belle mission de pédagogie (!) Alors en attendant de te retrouver sur une terrasse parisienne après 21h… Quoi de mieux qu’un article récapitulatif ?

C’est parti pour une journée chez Initiale.

------

7h – Réveil au son du jingle de nos matinales préférées. France Inter, France Bleu et Europe 1, aucune actualité nationale ou régionale ne saurait échapper à la #TeamInitiale - sous perfusion constante d’informations.

Pour le psychiatre Michel Hautefeuille, « celui qui attend son info est comme un toxico qui attend son dealer ». Cette dépendance porte désormais un nom : l’infolisme. Oops.

7h18 – Encore ensommeillées, nous scrollons nos feed Twitter et Facebook, écumons Instagram et TikTok.

Nos conseils Tiktok : @adele_tsy pour vous remémorer des souvenirs d’enfance, @lgazzy pour ses recettes gourmandes et @nadeaujeremy et ses dialogues improbables qui résonnent avec nos quotidiens.

8h50 – Sur notre trajet, l’édito M dans les oreilles, on énumère notre to-do list de la journée.

8h55 – Arrivée au bureau. Les trois boîtes mails sont ouvertes, les onglets de la presse quotidienne et des réseaux sociaux aussi.

9h03 – Rapide lecture de notre Trello. Un communiqué de presse à écrire, des relances à effectuer, des calendriers rédactionnels à veiller, des retombées presse à recenser. La journée peut commencer.

9h12 – Les idées fusent devant un projet de loi en discussion à l’Assemblée. L’une veut faire réagir un client en sollicitant une interview. L’autre imagine plutôt un communiqué de presse. Ce sera finalement une tribune d’opinion.

Vous avez dit influence ?

9h30 – Début d’une réunion téléphonique avec un client.  Dans le même temps, envoi de la revue de presse mensuelle à un autre.

9h31 – Coup de fil d’un journaliste qui demande un décryptage en off.

10h02 – Deux membres de l’équipe imaginent un bomboclaat ou sco pa tu manaa pour le compte Twitter de l’agence.

On vous laisse deviner qui.

10h56 – Nous appelons une journaliste pour lui proposer un rendez-vous avec un client.

11h22 – La tribune est écrite.

11h25 – La tribune est relue et corrigée.

11h26 – La tribune est envoyée pour publication exclusive à un média.

11h40 – L’une de nous écoute l’intervention d’un client sur une radio et relève les points d’amélioration. Une autre prépare le reporting des relances presse.

12h07 – Le déjeuner, c’est sacré ! À extérieur, chez soi ou au bar d’HéMo (le restaurant d’Héméra), nous prenons plus d’une heure pour déconnecter et échanger entre nous : dernier documentaire Netflix, programme du week-end ou adresse en vogue, tous les sujets y passent.

14h19 – Rendez-vous client. À Paris, Bordeaux ou quelque part en Nouvelle-Aquitaine.

15h52 – C’est l’heure de plancher sur la stratégie RP d’un client. Concentration ultime.

16h11 – Rédaction d’un dossier de presse. Un contenu factuel et synthétique, des angles d’accroches, pensés uniquement pour les journalistes (#HalteAuTonPromotionnel !)

17h01 – Un client appelle : une annonce business vient de tomber. Un flash news est rédigé et envoyé aux médias dans la foulée.

17h16 – Le téléphone sonne à nouveau, c’est un prospect. Le rendez-vous de qualification est programmé pour le lendemain.

17h34 – La #TeamInitiale débat sur une actualité. Comme souvent, nous ne sommes pas d’accord. Et nous aimons ça !

18h02 – La Halle Héméra se vide. Nous quittons l’agence direction un nouveau bar / l’UGC / son salon pour voir Quotidien.

23h18 – Un dernier petit tour sur Twitter, quelques pages de notre roman en cours ou 10 minutes d’ASMR pour se détendre, et nous tombons dans les bras de Morphée...